permanences
permanences au presbytère
lundi de 16h30 à 17h30
jeudi de 17h à 18h30
tél: 09 87 77 50 20

presbytère de Behren: 0387873212

ADORATION
-
Du lundi au mercredi
de 6h à 24 h
et du jeudi 6h
au samedi 12h
 Chapelle d'Adoration
Eglise d'Alsting
-

La communauté

Fermer 1_informations COVID19

Fermer Conseil de Fabrique

Fermer Le curé

Fermer Photos

Pastorale

Fermer S.E.M (service évangélique des malades)

Mouvements
Prière
Liturgie
Visites

 29309 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

1_informations COVID19 - envoi 13 samedi 28 mars

 ------------

Chers paroissiennes, chers paroissiens

 Nous découvrons tous les jours des actes de solidarité, de dépassement, de don de soi. Face à ce fléau une belle humanité s’exprime : je vous livre ce bel acte de solidarité vécu hier :

Les associations des trois mosquées de Behren les Forbach se sont associées pour donner à l'EHPAD Pavillon du Soleil de Behren les Forbach 300 combinaisons de protection contre le covid 19 :

Association culturelle des musulmans de Behren // union communauté marocaine de France // association franco magrébine de Behren...

Un grand bravo pour cette belle solidarité.

 

Le Pape François a présidé un temps de prière suivi d'une bénédiction "Urbi et Orbi" exceptionnelle, à destination des personnes affectées par la pandémie de coronavirus.

https://www.facebook.com/vaticannews.fr/videos/2607960966156382/  

Vidéo de la messe du Pape ce matin 28 mars et texte de l’homélie.

https://www.vaticannews.va/fr/pape-francois/messe-sainte-marthe/2020-03/pape-francois-messe-sainte-marthe-samedi-28-mars-2020.html

 

Comment garder du lien en plein confinement : Carmela, nous explique :

" Avec mon équipe de carême à domicile nous échangeons avec Messenger. Nous faisons aussi des appels en visio à plusieurs. 

- Avec le groupe post confirmand tous les vendredis, nous échangeons en vidéo sur ce que les jeunes vivent pendant ce confinement. 

- un groupe de parents des enfants en ACE(Action Catholique des Enfants), ont envoyé une photo avec leur enfant afin de mieux se connaître les uns des autres. 

Les enfants réalisent des dessins et des messages qu’ils vont transmettre à l’ehpad de Behren puisqu’ils n’ont pas pu s’y rendre le 18 mars comme ils l’avaient prévu.

 

Ces derniers jours je suis informé de décès. Prêtres et équipes funérailles nous accompagnerons les familles dans le deuil, en respectant les consignes.

Vous m’avez aussi informé de personnes malades.

Soyons uni dans la prière.Bien fraternellement, Serge

 Pour rappel à tous, voici les sites :

http://www.notredamedesnations.fr/

http://coeur-immacule.fr/


Homélie du saint Père   28 mars 2020

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  7, 40-53

Dans la foule, on avait entendu ses paroles, et les uns disaient: «C'est vraiment lui, le grand Prophète!». D'autres disaient: «C'est lui le Messie!». Mais d'autres encore demandaient: «Est-ce que le Messie peut venir de Galilée? L'Écriture dit pourtant qu'il doit venir de la descendance de David et de Bethléem, le village où habitait David!».

C'est ainsi que la foule se divisa à son sujet. Quelques-uns d'entre eux voulaient l'arrêter, mais personne ne mit la main sur lui. Voyant revenir les gardes qu'ils avaient envoyés arrêter Jésus, les chefs des prêtres et les pharisiens leur demandèrent: «Pourquoi ne l'avez-vous pas ramené?». Les gardes répondirent: «Jamais un homme n'a parlé comme cet homme!». Les pharisiens leur répliquèrent: «Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer? Parmi les chefs du peuple et les pharisiens, y en a-t-il un seul qui ait cru en lui? Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi, ce sont des maudits!».

Parmi les pharisiens, il y avait Nicodème, qui était allé précédemment trouver Jésus; il leur dit: «Est-ce que notre Loi permet de condamner un homme sans l'entendre d'abord pour savoir ce qu'il a fait?». Ils lui répondirent: «Alors, toi aussi, tu es de Galilée? Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée!». Puis ils rentrèrent chacun chez soi.

– Acclamons la Parole de Dieu.

----------------------------

 

Homélie

Et chacun rentra chez soi. Après ce débat, chacun est rentré chez soi, est rentré chez ses propres convictions. IL y a une brisure dans le peuple ; le peuple qui suit Jésus l’écoute, il ne se rend pas compte du temps qui passe en l’écoutant. La parole de Jésus entre dans le cœur, et le groupe des docteurs de la loi, à priori, refuse Jésus, parce qu’il n’agit pas selon la loi, selon leur interprétation de la loi.

Il y a 2 groupes de personnes :

Le peuple qui aime Jésus le suit, et le groupe des intellectuels de la loi, les chefs d’Israël. Cela se voit clairement quand les gardes retournèrent voir les chefs des prêtres et leur disent : « pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? » Les gardes répondirent : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte ». Les pharisiens leur répliquèrent : « Alors vous aussi vous vous êtes laissés égarer ? » Parmi les chefs du peuple et les pharisiens Y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ?


Mais cette foule qui ne sait rien de la loi, ce sont des maudits.  Ce groupe des docteurs de la loi, cette élite éprouve du mépris pour Jésus, mais il méprise aussi le peuple, cette foule ignorante, qui ne sait rien. Le saint peuple fidèle de Dieu croit en Jésus, le suit. Mais ce petit groupe, d’élite, de docteurs de la loi, se détache du peuple et ne reçoit pas Jésus. Mais comment cela se fait-il, s’ils étaient éduqués, intelligents, ils avaient étudiés… ils avaient un grand défaut : il avait perdu la mémoire de leur propre appartenance à ce peuple. Le peuple de Dieu suit Jésus, il ne sait pas rendre compte du pourquoi, mais il le suit. Sa parole arrive dans le cœur. Ils ne se fatiguent pas. Pensons  au jour de la multiplication des pains, ils étaient toute la journée avec Jésus, au point que les apôtres disent à Jésus : « il faut aller acheter à manger ». Et on voit que les disciples eux aussi, prennent de la distance, ils n’avaient pas mépris, mais ils n’avaient pas non plus de considération pour le peuple. Ils allèrent donc acheter à manger. La réponse de Jésus, ca était : « donner-vous vous-même à manger ». Jésus remet les disciples au sein du peuple. Cette brisure entre l’élite des dirigeants religieux et le peuple, c’est un drame qui nous vient de très loin. Pensons aussi dans l’Ancien Testament, à l’attitude des fils d’Elie dans le temple. Ils observent le peuple de Dieu qui vient accomplir les commandements de la loi,  mais ils méprisent ce peuple. C’est un mépris pour les gens qui ne sont pas éduqués, comme nous, qui avons étudié, qui savons. Mais le peuple de Dieu, lui, a une grande grâce : c’est l’instinct de savoir où est l’Esprit. Ce sont des pécheurs, comme nous, mais ils ont ce flair de savoir où est le chemin du salut.

Le problème de l’élite, c’est qu’ils avaient perdu la mémoire de leur propre appartenance au peuple de Dieu. Ils étaient sophistiqués, ils sont passés à une autre classe sociale. Ils sentent qu’ils sont des dirigeants.

Des choses que j’ai entendu ces jours-ci : « Comment ces religieuses, ces prêtres, qui sont en bonne santé, peuvent-ils aller voir les pauvres, leur donner à manger au risque de recevoir le coronavirus ? » Les supérieurs disent « attention de ne pas sortir  puisque c’est le gouvernement qui doit s’en occuper !» C’est le même discours qu’à l’époque de Jésus. Ces dirigeants disent que nous nous sommes la classe dirigeante, mais nous ne devons pas nous salir les mains avec les pauvres.

Souvent, je pense à des gens qui sont bons, ses frères, ses sœurs, qui n’ont pas le courage d’aller servir les pauvres. Il y a quelque chose qui manque… c’est ce qui manquait à ces gens là, à ces docteurs de la loi. Ils ont perdu la mémoire, ils ont perdu ce que Jésus sentait dans le cœur, c’est d’appartenir à ce peuple. Ils ont perdu le souvenir de ce que Dieu a dit à David : « Je t’ai pris du sein du peuple » Ils ont perdu la mémoire de leur propre appartenance au peuple, au troupeau. Et ainsi chacun est rentré chez soi. C’est une déchirure. Mais il y a ce Nicodème qui voyait quelque chose, qui n’était peut être pas très courageux, qui était trop diplomate, mais qui était inquiet, il est allé voir Jésus. Mais il était fidèle dans ce qu’il pouvait faire, il cherchait une communication. Et il cite la loi :

« Notre loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord, pour savoir ce qu’il fait. Et ces docteurs de la loi  n’ont pas répondu à son argument et ils lui répondent : « Toi aussi serais-tu de Galilée ? » Et ils ont terminé leur débat ainsi.

Pensons aujourd’hui aussi, à beaucoup d’hommes et de femmes qualifiés pour le service de Dieu, qui sont de bonnes personnes  et qui vont servir le peuple. Beaucoup de prêtres qui ne se détachent pas du peuple.

Avant-hier il m’est arrivé une photo d’un prêtre, un curé de montagne avec beaucoup de petits villages. C’était le dimanche, il y avait de la neige et il portait l’ostensoir à tous ces petits villages pour faire la bénédiction. Peu importe la neige, peu importe la brûlure du froid sur ses doigts, au contact du métal de l’ostensoir, la seule chose d’importante c’était d’apporter le Christ au peuple.

Que chacun d’entre nous réfléchisse pour savoir de quel bord nous nous trouvons. Sommes-nous avec le peuple fidèle de Dieu qui ne peut pas se tromper. C’est l’infaillibilité des croyants. Et pensons aussi à cette élite qui se détache du peuple de Dieu.

Et peut-être que ça nous fera du bien à tous, ce conseil que St Paul donne à son disciple le jeune Timothée : « Souviens-toi de ta maman, et de ta grand-maman ». Si St Paul donne ce conseil, c’est parce qu’il connaissait bien le danger. Le danger vers lequel pouvait mener ce sens  d’appartenir à une élite, une  « intelligentia ».

 

 

 

Communion spirituelle :

Voici la prière récitée par le Pape qui invite les fidèles qui le veulent à faire la communion spirituelle :

«Je crois, mon Jésus, que tu es réellement présent au très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus toute chose et je désire ardemment te recevoir dans mon âme. Puisque je suis incapable de Te recevoir de façon sacramentelle, entre au moins spirituellement dans mon cœur. Je T’embrasse comme si Tu y étais déjà et je m’unis entièrement à Toi. Ne permets jamais que je sois séparé de Toi. Ainsi soit-il.»

 

 

 






Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

à venir

Jeunesse

Reportages
^ Haut ^