permanences
permanences au presbytère
lundi de 16h30 à 17h30
jeudi de 17h à 18h30
tél: 09 87 77 50 20

presbytère de Behren: 0387873212

ADORATION
-
Du lundi au mercredi
de 6h à 24 h
et du jeudi 6h
au samedi 12h
 Chapelle d'Adoration
Eglise d'Alsting
-

La communauté

Fermer 1_informations COVID19

Fermer Conseil de Fabrique

Fermer Le curé

Fermer Photos

Pastorale

Fermer S.E.M (service évangélique des malades)

Mouvements
Prière
Liturgie
Visites

 29320 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

1_informations COVID19 - envoi 15 lundi 30 mars

 

Chères paroissiennes, chers paroissiens,

Comment interpréter ce que nous vivons. J’entends : c’est une punition de Dieu.

On dit aussi qui aime bien, châtie bien.

Que le virus vienne d’un fou ou d’une chaîne alimentaire internationalisée folle, le résultat est là.

Quelle est la part de l’homme, quelle est la part de Dieu ? Le nombre de déplacements : avions, bateaux, bus, voitures, fait rire cet élément biologique qu’est le coronavirus.  Quelle est la part de Dieu, quelle est la part de l’homme ?

Ca se passait en Chine, le monde est un village, on n’a pas pris tout de suite les moyens, nous n’avons pas internationalisé nos efforts. C’est vrai, l’expérience des autres n’est que rarement prise en compte. Il faut que je fasse ma propre expérience. Quelle est la part de Dieu, quelle est la part des hommes ?

On a continué à se rassembler par 50, 100, 1000…dans les églises, les concerts, les stades, hors les stades, dans les marchés couverts ou non couverts…Quelle est la part de Dieu, quel est la part de l’homme ?...

Je crois en Dieu mais pas à la magie du divin.

La prière est un engagement de tout notre être à lutter avec la force de Dieu.

Dieu dit à Moïse : j’ai vu la misère de mon peuple … et il ajoute va je t’envoie.

Je suis très ému de voir autant de soignants croyants en Dieu ou pas qui viennent donner un coup de main là où le personnel est épuisé.

Je suis ému de prendre le journal, chaque matin ; de rentrer la poubelle vide…d’acheter du pain, de faire des courses, d’acheter des légumes comme samedi dernier… merci à toute cette chaîne du vivant.

Dans l’évangile de ce jour, voici le dialogue de Jésus avec la femme adultère :

« Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »
  Elle répondit : « Personne, Seigneur. »
Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Jésus la renvoie à sa responsabilité.

Restons unis dans la prière

Bien fraternellement, Serge

 

En prime :

- Pour les jeunes parents en ce temps de confinement :

Vidéo (promue par la Caisse d'allocations familiales) avec Catherine Gueguen (Pédiatre spécialisée en CNV, Communication Non-Violente) et Catherine Schmider (formatrice certifiée en CNV) https://www.youtube.com/watch?v=9ix3nlI60Dg

- Une belle initiative

https://www.ledauphine.com/economie/2020/03/29/savoie-pourquoi-les-horticulteurs-font-don-de-leur-production

 

 

- À méditer

Nous nous sommes endormis dans un monde et nous nous sommes réveillés dans un autre. 

Soudain, Disney n'a plus de magie,

Paris n'est plus romantique, New York ne reste plus debout, le mur chinois n'est plus une forteresse et les lieux saints se sont vidés.

Les câlins et les bisous deviennent soudainement des armes et le fait de ne pas rendre visite aux parents et aux amis devient un acte d'amour.  

Soudain, vous avez réalisé que le pouvoir, la beauté, l'argent ne valaient rien et ne pouvaient pas vous procurer l'oxygène pour lequel vous vous battiez.

 Le Monde continue sa vie et il est magnifique ; il ne met en cage que les humains. Je pense qu'il nous envoie un message :

"Vous n'êtes pas indispensables. L'air, la terre, l'eau et le ciel sans vous vont bien. Et même mieux. Quand vous reviendrez, rappelez-vous que vous êtes mes invités... Pas mes maîtres." 

 

Homélie du saint Père  30 mars 2020

 

«Dans le psaume, nous avons prié: "Le Seigneur est mon berger: je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer... il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom... Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure."

C'est l'expérience que ces deux femmes ont vécue, dont nous avons lu l'histoire dans les deux lectures. Une femme innocente, faussement accusée, calomniée, et une femme pécheresse. Toutes deux condamnées à mort. L'innocente et la pécheresse. Certains Pères de l'Eglise ont vu en ces femmes une figure de l'Eglise: sainte, mais avec des enfants pécheurs. Ils ont dit dans une belle expression latine : "L'Église est la casta meretrix", la sainte aux enfants pécheurs.

Les deux femmes étaient désespérées, humainement désespérées. Mais Susanne fait confiance à Dieu. Il y a aussi deux groupes de personnes, d'hommes, tous deux au service de l'Église: les juges et les professeurs de droit. Ils n'étaient pas des ecclésiastiques, mais ils étaient au service de l'Église, au tribunal et dans l’enseignement de la Loi. Différents. Les premiers, ceux qui ont accusé Susanne, étaient corrompus : le juge corrompu, figure emblématique de l'histoire. Toujours dans l'Evangile, Jésus reprend, dans la parabole de la veuve qui insiste, le juge corrompu qui ne croyait pas en Dieu et ne se souciait pas des autres. Les corrompus. Les docteurs de la Loi n'étaient pas corrompus, mais hypocrites.

Concernant ces femmes, l'une est tombée entre les mains des hypocrites et l'autre entre les mains des corrompus: il n'y avait pas d'issue. "Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ton bâton me guide et me rassure." Les deux femmes étaient dans une vallée sombre, elles y sont allées: une vallée sombre, vers la mort. La première fait explicitement confiance à Dieu et le Seigneur intervient. La deuxième, la pauvre, sait qu'elle est coupable, humiliée devant tout le monde - car des gens étaient présents dans les deux situations - l'Evangile ne le dit pas, mais elle a sûrement prié en elle-même, elle a demandé de l'aide.

Que fait le Seigneur avec ces gens ? Il sauve la femme innocente, il lui rend justice. Il pardonne à la femme pécheresse. Les juges corrompus, il les condamne; les hypocrites, il les aide à se convertir, et dit devant le peuple: "Oui, vraiment ? Le premier d'entre vous qui n'a pas de péchés, qu’il jette la première pierre", et un par un ils sont partis. Il a une certaine ironie, l'apôtre Jean, ici : "Ceux qui ont entendu cela sont partis un par un, en commençant par les anciens. Laissez-leur un peu de temps pour se repentir; les corrompus ne pardonnent pas, simplement parce que le corrompu est incapable de demander pardon. Il est fatigué... non, il n'est pas fatigué: il n'est pas capable. La corruption lui a également enlevé cette capacité, que nous devons tous, d’avoir honte, de demander pardon. Non, le corrompu est sûr de lui, il continue, il détruit, il exploite les gens, comme cette femme, tout, tout... il continue. Il s'est mis à la place de Dieu.

Et le Seigneur répond aux femmes. Il libère Susanne de ces corrompus, il la fait aller de l’avant, et à l'autre il dit: "Je ne te condamne pas non plus. Va, et désormais ne pèche plus". Il la laisse partir. Et cela, devant le peuple. Dans le premier cas, le peuple loue le Seigneur; dans le deuxième cas, le peuple apprend. Il apprend comment est la miséricorde de Dieu.

Chacun de nous a sa propre histoire. Chacun de nous a ses propres péchés. Et si vous ne vous en souvenez pas, réfléchissez un peu: vous les trouverez. Remercie Dieu si tu les trouves, car si tu ne les trouves pas, tu es un corrompu. Chacun de nous a ses propres péchés. Tournons-nous vers le Seigneur qui fait justice mais qui est si miséricordieux. Ne soyons pas honteux d'être dans l'Église: soyons honteux d'être pécheurs. L'Église est la mère de tous. Remercions Dieu de ne pas être corrompus, d’être pécheurs. Et que chacun de nous, en regardant comment Jésus agit dans ces cas-là, aie confiance en la miséricorde de Dieu. Et qu’il prie, avec confiance dans la miséricorde de Dieu, qu’il prie (pour) le pardon. "Car Dieu me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom... Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure."»

 

 



Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

à venir

Jeunesse

Reportages
^ Haut ^