le site de la communauté

http://www.coeur-immacule.fr/

envoi16 mardi 31 mars (1_informations COVID19)


Chers paroissiennes, chers paroissiens

Un temps pour être vrai avec soi-même, avec les autres, avec Dieu.

Un ami me disait que dans son travail, ce qui le fatiguait le plus c’était le manque d’honnêteté intellectuelle. Et beaucoup de situations sont figées parce qu’on veut avoir le dernier mot …ou parce qu’on veut garder la ligne de son parti, de son groupe, de son lobby ; parce qu’on veut protéger ses intérêts. L’intelligence est ainsi détournée du bien commun.

Je vous laisse lire ce beau texte du Patriarche Athénagoras

 

Je n'ai plus peur de rien

La guerre la plus dure, c'est la guerre contre soi-même.

 Il faut arriver à se désarmer.
J'ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.

Mais je suis désarmé.
Je n'ai plus peur de rien, car l'amour chasse la peur.
Je suis désarmé de la volonté d'avoir raison, de me justifier en disqualifiant les autres. Je ne suis plus sur mes gardes,  jalousement crispé sur mes richesses.
J'accueille et je partage. Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets.
Si l'on m'en présente de meilleurs, ou plutôt non, pas meilleurs,

mais bons, j'accepte sans regrets. J'ai renoncé au comparatif.

Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.
C'est pourquoi je n'ai plus peur.

Quand on n'a plus rien, on n'a plus peur.
Si l'on se désarme, si l'on se dépossède, si l'on s'ouvre au Dieu-Homme qui fait toutes choses nouvelles, alors, Lui, efface le mauvais passé et nous rend un temps neuf où tout est possible.  

 

Restons unis dans la prière

Bien fraternellement, Serge

 

- Merci Viviane pour ce partage reçu ce matin :

Par rapport à  ce  que  nous  vivons  actuellement,  me revient  une méditation  de  notre  Pape Dieu n'avait pas répondu à  l'imploration d'Habacuc de rétablir  la  justice. " Ainsi Dieu fait  de même  avec  nous : il ne cède  pas à  nos désirs  qui voudraient  changer  le monde  et les  autres  immédiatement  et continuellement,  mais  vise surtout à  guérir  le cœur,  mon cœur, ton  cœur  , le cœur  de chacun ; Dieu  change  le  monde  en changeant  nos cœurs,  et cela, il ne peut  le  faire  sans  nous.  Le Seigneur  désire  en effet  que  nous  lui ouvrions  la porte de notre cœur  , pour  pouvoir  entrer  dans  notre  vie.  Et cette  ouverture  à  lui, cette  confiance  en lui est  vraiment  la  victoire  remportée  sur  le  monde : c'est notre  foi  ( 1 Jn 5 , 4 ). Parce que  lorsque  Dieu  trouve  un cœur  ouvert et confiant,  là, il peut accomplir  des  merveilles "

Gardons confiance  car "  Songez que vous êtes  en Dieu, entouré,  enveloppé  par Dieu,  inondé  de Dieu. Cette  simple  certitude  devrait  transfigurer  nos journées, car ce n'est pas  une manière  de parler c'est une réalité. "

Personnellement  je me répète  cette  réflexion très  souvent, elle ravive en moi cette joie profonde  et intérieure, au delà,  des tristesses...


: "Symphonie confinée - La tendresse"  https://youtu.be/rEjvRktXeis,

 

Messe du Pape mardi 31 mars 2020   

 

Intentions du jour

Aujourd’hui, nous prions pour ceux qui n’ont pas de logement. En ce moment, on nous demande d’être dans nos maisons pour que la société, les hommes et les femmes, se rendent compte de cette réalité et les aide. Et que l’Eglise les accueille.

Homélie du saint Père             

  

Le serpent est certainement un animal qui n’est pas sympathique. Il est toujours associé avec le mal. Dans la révélation également, le serpent est l’animal qui utilise le diable pour éprouver  le péché. Dans l’apocalypse le diable s’appelle le serpent antique.

Depuis le commencement c’est la mort, le venin. Il détruit et tue. Si quelqu’un vous propose des choses belles, et a des allures de serpent, ce sont juste des fantasmes.

Ecoutons ce qui se passait pour le peuple d’Israël : il ne supportait pas le voyage, il était fatigué. Le peuple dit contre Dieu, contre Moïse. Il y a toujours la même musique :

« Pourquoi vous nous avez fait sortir d’Egypte, pour nous faire mourir ? Pourquoi il n’y a ni pain, ni eau, nous sommes malades avec la nourriture si misérable ? »

D’ici quelques jours, nous allons souvent en Egypte. Il semble qu’à ce moment là, le Seigneur ne supportait pas le peuple, il se mit en colère. C’est la colère de Dieu qui de temps en temps se fait voir. Alors Dieu, le Seigneur envoya parmi le peuple un serpent de bronze et certains mourraient. Un grand nombre de Juifs moururent. Imaginez le serpent, image du mal, et le peuple qui vit dans ce serpent, le péché. Ils allèrent vers Moïse et Ils lui dirent : « On a péché parce que nous avons parlé contre toi et contre le Seigneur ». On voit une attitude de repentir chez certains.

Voici l’histoire dans le désert :

Moise pria pour le peuple. Le Seigneur dit : « fais un serpent brûlant et dresse-le au sommet d’un mat. Et tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ». Cela me fait penser que ce n’est pas une idolâtrie. Il y a le serpent là-haut, qui me donne la santé… on ne comprend pas très bien.

Logiquement, on ne comprend pas, parce qu’il s’agit d’une prophétie, c’est une annonce de ce qui arrivera. Nous avons entendu aussi, comme prophétie qui se rapproche dans l’Evangile : « Quand vous aurez élevé le fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi je suis et que je ne fais rien de moi-même. Jésus élevé sur la croix. 

Moise fait un serpent en hauteur et Jésus sera élevé, comme le serpent pour donner le salut. Le nœud de la prophétie est justement que Jésus s’est fait péché pour nous. Il na pas péché. Il s’est fait péché. Comme dit Saint Pierre dans sa lettre, « il porte nos péchés sur lui ». Et quand nous regardons le Christ, le crucifix, nous pensons, « Seigneur, tu souffres, c’est très beau », mais nous nous arrêtons juste avant d’arriver au cœur de cette vérité. En ce moment, tu es toujours le plus grand des pécheurs, tu t’es fait « péché ». Il a pris sur lui tous nos péchés. Il s’est anéanti jusqu’à maintenant. La croix, c’est sûr, c’est un supplice ; il y avait la vengeance des docteurs de la loi, ceux qui ne voulaient pas de Jésus, tout ça c’est vrai… mais la vérité, qui vient de Dieu, est que lui est venu au monde pour prendre nos péchés sur lui, au point de se faire « péché » « entièrement péché ». Tous nos péchés sont là. 


Nous devons nous habituer à regarder le crucifix, Cette voie sous cette lumière qui est la plus véritable, la plus vraie, celle de la Révélation.

Jésus fait « péché », nous pouvons voir en lui la défaite totale du Christ. Il ne fait pas semblant de mourir, il ne fait pas semblant de ne pas souffrir, abandonné, seul : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

« Un serpent, je suis élevé comme un serpent, comme celui qui est tout péché »

 

Il n’est pas facile de comprendre… si nous réfléchissons bien, nous n’arriverons jamais à une conclusion. Il faut juste contempler, prier et remercier.