permanences
permanences au presbytère
lundi de 16h30 à 17h30
jeudi de 17h à 18h30
tél: 09 87 77 50 20

presbytère de Behren: 0387873212

ADORATION
-
Du lundi au mercredi
de 6h à 24 h
et du jeudi 6h
au samedi 12h
 Chapelle d'Adoration
Eglise d'Alsting
-

La communauté

Fermer 1_ infos deconfinement

Fermer 1_informations COVID19

Fermer Conseil de Fabrique

Fermer Le curé

Fermer Photos

Pastorale

Fermer S.E.M (service évangélique des malades)

Mouvements
Prière
Liturgie
Visites

 53729 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

1_informations COVID19 - temps de prière - textes Adieu


Zone de Texte: Recommence

Si tu es las et que la route te paraît longue,
Si tu t'aperçois que tu t'es trompé de chemin,
Ne te laisse pas couler au fil des jours et du temps,
…recommence.

Si la vie te semble trop absurde,
Si tu es déçu par trop de choses et trop de gens,
Ne cherche pas à comprendre pourquoi,
…recommence.

Si tu as essayé d'aimer et d'être utile,
Si tu as connu ta pauvreté et tes limites,
Ne laisse pas là une tâche à moitié faite,
…recommence.

Si les autres te regardent avec reproche,
S'ils sont déçus par toi, irrités,
Ne te révolte pas, ne leur demande rien,
…recommence.

Car l'arbre rebourgeonne en oubliant l'hiver,
Car le rameau fleurit sans demander pourquoi,
Car l'oiseau fait son nid sans songer à l'automne,
Car la vie est espoir et recommencement.

Auteur inconnu

 Il restera de toi

 

Il restera de toi ce que tu as donné

Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.

Il restera de toi, de ton jardin secret,

Une fleur oubliée qui ne s’est pas fanée.

Ce que tu as donné

En d’autres fleurira.

Celui qui perd sa vie

Un jour la trouvera.

Il restera de toi ce que tu as offert

Entre tes bras ouverts un matin de soleil.

Il restera de toi ce que tu as perdu

Que tu as attendu plus loin que tes réveils.

Ce que tu as offert

En d’autres revivra.

Celui qui perd sa vie

Un jour la trouvera

Il restera de toi une larme tombée

Un sourire germé sur les yeux de ton cœur.
Il restera de toi ce que tu as semé

Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.

Ce que tu as semé

En d’autres germera.

Celui qui perd sa vie

Un jour la trouvera.

 

 

Les pas dans le sable

Un jour, un homme arriva au Paradis et demanda à Dieu s'il pouvait voir toute sa vie, aussi bien les joies que les moments difficiles. Et Dieu le lui accorda. Il lui fit voir toute sa vie, comme si elle se trouvait projetée le long d'une plage de sable. Et lui, l'homme se promenait le long de cette plage. L'homme vit que tout le long du chemin il y avait quatre empreintes de pas sur le sable, les siennes et celles de Dieu. Mais dans les moments difficiles, il n'y en avait plus que deux.  Très surpris et même peiné, il dit à Dieu : "Je vois que c'est justement dans les moments difficiles que tu m'as laissé seul".  "Mais non, lui répondit Dieu, dans les moments difficiles, il y avait seulement les traces de mes pas à moi parce qu'alors, je te portais dans mes bras…".

 

AU SOIR DE MA VIE

Comme je marchais sur la plage au soir de ma vie avant de m’enfoncer dans l’océan de Dieu, je me suis retourné et j’ai vu sur le sable l’empreinte de mes pas. Chaque pas était un jour de ma vie et ils étaient tous là, aussi loin que pouvait monter mon regard. Je les ai tous comptés et je les ai tous reconnus : les jours de joie et les jours d’angoisse, les pas assurés et ceux qui trébuchaient. Du plus loin que j’ai vu, à côté de mes traces s’imprimait une trace jumelle et qui m’accompagnait jusqu’à mes derniers pas. C’était les pas de Dieu qui marchait côte à côte comme il l’avait promis tout au long de ma vie. Comme un père accompagne son enfant, il avait marché à mon pas. Et comme je regardais ce long ruban de nos traces parallèles, il me sembla voir qu’à certains endroits et il se retrécissait et que seule une empreinte se lisait sur le sable. C’était l’empreinte des jours les plus noirs, ces jours de larmes, de souffrance et de deuil, lorsqu’on se sent très seul et abandonné.

Seigneur, ai-je crié, où étais-tu lorsque j’ai tant pleuré ? Pourquoi ne marchais-tu plus à mes côtés ? Et le Seigneur m’a répondu : Mon enfant bien aimé, l’unique trace que tu vois est la mienne, car à ces moments-là, MOI ,...Je te portais dans mes bras !         Histoire rapportée par S. Keerpal

 

La clé de ma vie: Par Abbé Pierre Testament…  Bayard Éditions, 1994

« La vie m’a appris que vivre, c’est un peu de temps donné à nos libertés pour apprendre à aimer et se préparer à l’éternelle rencontre avec l’Éternel Amour. Cette certitude-là, je voudrais pouvoir l’offrir en héritage. Elle est la clé de ma vie et de mes actions. »     

 

Zone de Texte: La nuit n'est jamais complète
La nuit n'est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l'affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie la vie à se partager
Ton visage, nous l’aimions

Ton visage, nous l’aimions ! On t’y voyait en entière. Il était la fenêtre qui ouvrait sur ta lumière. Il était la porte qui nous invitait chez toi ! Ton visage d’amour : le voir nous suffisait. Nous étions sûrs de ta tendresse Et de l’offrande que tu faisais de toi,

Simplement, sans rien dire, pour nous donner du bonheur chaque jour. Ton visage de sourire, éclairé d’une joie qui nous entraînait dans son soleil. Ton visage de silence avec ses secrets à chercher comme un trésor réservé à ceux qu’on aime. Nous aimions ton visage devant nous, Ton visage de femme pour toujours à l’image et à la ressemblance de Dieu

 

Au bout de la route: Par Joseph Follet

 

Au bout de la route, il n'y a pas la route mais le terme du pèlerinage. Au bout de l'ascension, il n'y a pas l'ascension mais le sommet. Au bout de la nuit, il n'y a pas la nuit mais l’aurore. Au bout de l'hiver il n'y a pas l'hiver mais le printemps. Au bout de la mort, il n'y a pas la mort mais la Vie. Au bout du désespoir, il n'y a pas le désespoir mais l'Espérance. Au bout de l'humanité, il n'y a pas l'homme mais l'homme-Dieu, mais la Résurrection.

 

Tu peux pleurer son départ ou...

 

Tu peux pleurer son départ Ou tu peux sourire parce qu’elle a vécu

Tu peux fermer les yeux et prier pour qu’elle revienne Ou ouvrir les yeux et voir qu’elle est partie

Ton cœur peut être vide de ne plus la voir Ou il peut être rempli de l’amour qu’elle a partagé

Tu peux tourner le dos à demain et vivre le passé Ou tu peux être heureux pour demain à cause du passé

Tu peux te souvenir d’elle et seulement qu’elle n’est plus Ou tu peux chérir sa mémoire et la laisser vivre

Tu peux pleurer et te renfermer, être vide et tourner le dos Ou tu peux faire ce qu’elle aurait voulu, sourire, ouvrir les yeux, aimer et aller de l’avant

 

Quand je partirai :  Texte hawaïen

 

Maintenant que je suis parti, laissez-moi aller. Même s’il me restait encore des choses à voir et à faire.

Ma route ne s’arrête pas ici. Ne vous attachez pas à moi à travers vos larmes. Soyez heureux de toutes les années passées ensemble. Je vous ai donné mon amour, Et vous pouvez seulement deviner combien de bonheur vous m’avez apporté. Je vous remercie pour l’amour que vous m’avez témoigné. Mais il est temps maintenant que je poursuite ma route. Pleurez-moi quelques temps, si pleurer il vous faut. Et ensuite, laissez votre peine se transformer en joie. Car c’est pour un moment seulement que nous nous séparons. Bénissez donc les souvenirs qui sont dans votre cœur. Je ne serai pas très loin, car la vie se poursuit. Si vous avez besoin de moi, appelez-moi, je viendrai. Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher. Je serai près de vous. Et si vous écoutez avec votre cœur, Vous percevrez tout mon amour autour de vous dans sa douceur et sa clarté. Et puis, quand vous viendrez à votre tour par ici, Je vous accueillerai avec le sourire Et je vous dirai : « bienvenue chez nous ».

 

Nous n’avons jamais su

  

Nous n’avons jamais su vraiment ce que tu pensais sur plein de choses pourtant essentielles.

Tu ne parlais jamais de Dieu, mais tu allais à l’église de temps en temps pour dire adieu à tes amis quand ils mourraient, pour partager la joie de ceux qui se mariaient, pour accueillir les enfants de la famille ou des amis quand on les baptisait et pour les entourer plus tard quand ils faisaient leur première communion.

Aujourd’hui, nous tes proches nous te disons adieu, nous espérons que silencieusement tu as rejoint ceux que tu aimais, ceux dont tu avais partagé le travail, les soucis, ceux que tu avais aidés ou qui t’avaient rendu service. Demain, nous aussi nous partirons sans avoir terminé notre travail, nous laisserons sans doute des choses à faire, nous abandonnerons nos travaux entrepris que d’autres, à notre place poursuivront.

Mais ce jour-là nous espérons te retrouver, nous viendrons, silencieusement nous asseoir auprès de toi dans la maison de Dieu.

 

C’est qui Grand-Mère ?      par une petite fille

 

C’est qui Grand’Mère ? Dans le dictionnaire, c’est la mère de notre père ou de notre mère. Mais ce ne sont que des mots C’est qui en fait, Grand’Mère ?

Grand-Mère, c’est comme amour. Celui que l’on donne avec liberté, générosité et sincérité.

Grand-Mère, c’est comme réconfort. Quelle force, quel courage de redonner le moral, la confiance à ceux qui l’ont perdue quand on est âgé comme toi.

Grand-Mère, c’est comme bonté. Partager, regarder, se préoccuper de son prochain : comme tu savais bien le faire ! Grand-Mère, c’est comme gâteau. Ces après-midi passés ensemble, goûter, jeux, chansons, enfance, joie.

Grand-Mère, c’est comme foi. La tienne si grande, si simple et si pure que cela, parfois, nous donnait envie de l’accaparer. Grand-Mère, c’est comme prière. Ce temps passé, ces tonnes de mots prononcés, cette énergie déployée, cette volonté formidable. Grand-Mère, c’est comme famille. Le trait d’union, le lien, le centre, parce que l’on se sentait bien, près de toi, ensemble Grand-Mère, c’est comme souffrance. Celle qui t’accompagnait tous les jours et que tu offrais sans te plaindre, toujours. Aujourd’hui, Grand-Mère, c’est comme douleur. Tu n’es plus là, mais si, mais non, c’est pas possible. Je te vois encore, y’a un truc, quelque chose qui m’échappe, c’est le vide, le regret. Nous sommes tristes, mais non, il faut se réjouir : tu es là-haut, avec Lui, avec eux, avec nous, tu es heureuse ! C’est Grand-Mère, comme bonheur, enfin ! Merci Grand-Mère !

 

C’est bien naturel: Par 

 

Quand on pense à ton grand âge c’est bien naturel que tu sois partie. Nous nous y attendions il y avait si longtemps que tu souffrais que tu t’affaiblissais et que tu nous disais mon heure approche. Pourtant nous souffrons car ceux qu’on aime n’ont pas d’âge. On les aime, c’est tout. Tu retrouves maintenant ceux que tu as aimés. Certains sont partis déjà depuis bien longtemps. Nous ne les connaissions pas mais tu nous en parlais maintenant tu les vois. Pour toi, le Christ, la Vierge Marie et tous les saints vont accourir ils te prennent par la main pour te mener au Père.

 

Le voilier : Par William Blake

 

Je suis debout au bord de la plage Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l’océan. Il est la beauté et la vie. Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon. Quelqu’un à mon côté dit : " Il est parti "

Parti vers où ? Parti de mon regard, c’est tout.

Son mât est toujours aussi haut Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine. Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui. Et au moment où quelqu’un auprès de moi dit " Il est parti " Il y en a d’autres qui, le voyant poindre à l’horizon et venir vers eux, s’exclament avec joie " Le voilà,,. C’est cela la mort.

Zone de Texte: La mort comme une saison :  Par Martin Gray

Croire, c’est vouloir vivre. Vivre jusqu’au bout malgré la mort. Croire, c’est vivre en la vie. Et donner la vie, c’est combattre la mort. A Chaque printemps, l’arbre refleurit. Et l’automne alors, et l’hiver, ne sont plus que des saisons parmi d’autres. Il faut que l’homme apprenne à voir la mort comme un moment de la vie.

L’arbre et la graîne : Par Benoît Marchon

 

Quelqu’un meurt, et c’est comme des pas qui s’arrêtent ...

Mais si c’était un départ pour un nouveau voyage ?

Quelqu’un meurt, et c’est comme une porte qui claque ...

Mais si c’était un passage s’ouvrant sur d’autres paysages ?

Quelqu’un meurt, et c’est comme un arbre qui tombe ...

Mais si c’était une graine germant dans une terre nouvelle ?

Quelqu’un meurt, et c’est comme un silence qui hurle ...

Mais s’il nous aidait à entendre la fragile musique de la vie ?

 

L’amour ne disparaît jamais :       La mort n’est rien. Je suis seulement passé dans la pièce à côté. Je suis moi, tu es toi ; ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours. Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné. Parle-moi comme tu l’as toujours fait. N’emploie pas un ton différent. Ne prends pas un air solennel ou triste. Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble. Prie, souris, pense à moi, prie pour moi. Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans trace d’ombre. La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié. Elle est ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé. Pourquoi serais-je hors de ta pensée parce que je suis hors de ta vue ? Je t’attends, je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin. Tu vois tout est bien.

 

Voir aussi     http://jpjp.pagesperso-orange.fr/pofun/#17



Temps de prière à la maison pour ceux qui ne peuvent participer aux funérailles

 

Avant de commencer la célébration, il sera bon de disposer un petit espace-prière avec par exemple une croix et une bougie allumée à côté. On pourra aussi déposer une photo, un objet, un souvenir qui relie à la personne défunt.

 

Ouverture

L’épidémie ne nous permettant pas de participer aux funérailles de N….. nous voulons exprimer, par ce temps de prière, l’affection que nous lui portons et nous le confions au Seigneur, en communion avec tous ceux qui sont touchés par ce départ. Que nos paroles, gestes et silences soient prières pour N….., que le Seigneur l’accueille en sa lumière.

Avec confiance, nous pouvons tracer sur nous le signe de la croix « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. »

 

Mémoire du défunt

Dans notre cœur, nous faisons mémoire de N, de nos relations, de tous les moments vécus avec N. Cette photo, cet objet, ce souvenir nous le rappelle. Les uns et les autres, nous pouvons prendre le temps d’exprimer en quelques mots un aspect de la vie de N. que nous voudrions rappeler devant le Seigneur pour dire « à-Dieu à N. ».

 

Rite de la lumière

(On peut allumer une bougie)

Cette flamme qui vient de Toi, Seigneur, lumière dans notre obscurité, qu’elle éclaire ce pas que nous avons à faire pour repartir dans l’espérance.

 

Prière d’ouverture

Seigneur Jésus Christ, en cette heure de peine, nous nous tournons vers toi : tu es venu vivre et mourir en ce monde, pour que tout homme ait la vie avec toi. Ouvre nos cœurs à cette espérance, nous t’en prions, toi qui es vivant avec le Père et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

 

Première lecture

Lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1 Th 4, 13-14.17d-18

Frères, Nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. Réconfortez-vous donc les uns les autres avec ce que je viens de dire. 2

 

Psaume 129

R/ Je mets mon espoir dans le Seigneur, je suis sûr de sa parole.

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ?
Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.

Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore ;
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore, attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.
C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean14, 1-6

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

 

Prière universelle

Seigneur, tu regardes avec tendresse N… qui vient de nous quitter.
Qu’il trouve auprès de Toi la joie éternelle.  Seigneur tu sais combien nous sommes tristes.
Donne-nous la force de la foi, la lumière de l’espérance et l’élan de la charité pour traverser cette épreuve ensemble et avec Toi.

Seigneur nous te prions pour ceux qui connaissent la souffrance et la maladie et pour tout ceux qui les soignent.
Accorde à chacun le courage et la foi pour vivre ces épreuves avec Toi.

Seigneur nous te prions pour l’Eglise dont la mission est de révéler aux hommes ton amour.
Que cette Bonne Nouvelle soit accueillie par tous ceux qui te cherchent.

 

Prière d’action de grâce

Seigneur, Dieu notre Père, tu sais notre peine pour le départ douloureux de N…..

Pourtant nous nous souvenons de tout ce qu’il a fait  de beau et de bon dans sa vie,

nous savons tout ce que nous avons reçu de lui, en nous t’en disons merci.

Il avait aussi ses fragilités et ses limites, accorde-lui ton pardon.

Nous nous rappelons que ton Fils Jésus Christ, par sa mort sur la croix, a rassemblé toutes solitudes ; et par sa vie plus forte que la mort, il nous assure que nous vivrons. C’est pourquoi avec tous ceux qui nous ont précédés et qui sont vivants près de toi, nous osons te dire :

 

Notre Père

qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,  que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.  Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses,  comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Amen.

 

Recommandation à Dieu du défunt

Seigneur, notre Dieu, nous te recommandons (notre frère/sœur) N. dont tu as fait ton enfant par la grâce du baptême.

Tu lui as donné ton amour tout au long de sa vie ; maintenant qu’il/elle a quitté ce monde, délivre-le/la de tout mal, conduis-le/la dans ton paradis, où il n’y a plus ni deuil, ni larme, ni douleur, mais la joie et la paix, avec ton Fils et le Saint-Esprit, pour les siècles de siècles.

 

Prière à Marie

Marie toi qui étais au pied de la croix et souffrais en voyant Jésus ton Fils,

Aide-nous dans cette épreuve.

Dans l’espérance de la résurrection, ensemble nous te prions :

Je vous salue pleine de grâce, le Seigneur est avec vous,

vous êtes bénie entre toutes les femmes  et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous,

pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

 

Après le confinement

Une fois l’épidémie passée, une messe sera célébrée pour les défunts de la paroisse.

D’après une proposition du diocèse de Saint-Etienne

Proposition du diocèse de Saint-Etienne

S'unir dans la prière aux funérailles d'un proche

Sites :

https://liturgie.catholique.fr/accueil/sacramentaux/les-funerailles/la-celebration-des-obseques/13876-presentation-lectionnaire-themes/

Pour les textes bibliques

http://www.catholiquesmantois.com/wp-content/uploads/2015/07/lectures-bibliques-pour-la-celebration-des-obseques.pdf

http://sjoseph.be/textes-pour-les-funerailles/ 

https://cybercure.fr/je-prie/funerailles-obseques/article/lectures-prieres-et-chants-pour-un



Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

à venir

Jeunesse

Reportages
^ Haut ^