permanences
permanences au presbytère
lundi de 16h30 à 17h30
jeudi de 17h à 18h30
tél: 09 87 77 50 20

presbytère de Behren: 0387873212

ADORATION
-
Du lundi au mercredi
de 6h à 24 h
et du jeudi 6h
au samedi 12h
 Chapelle d'Adoration
Eglise d'Alsting
-

La communauté

Fermer 1_informations COVID19

Fermer Conseil de Fabrique

Fermer Le curé

Fermer Photos

Pastorale

Fermer S.E.M (service évangélique des malades)

Mouvements
Prière
Liturgie
Visites

 29311 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

1_informations COVID19 - homélie journalière du Pape

3 avril  2020    

   https://www.youtube.com/watch?v=ahiL5_B5l9I

Textes : https://www.aelf.org/2020-04-03/romain/messe

 

Intention du jour :  Il y a des gens qui commencent maintenant à penser à l’après  la pandémie. Tous les problèmes qui arriveront après : la pauvreté, le travail, la faim.

Prions pour toutes ces personnes qui aident aujourd’hui, mais qui pensent aussi à « l’après » pour nous aider chacun.

Homélie du saint Père

 

Ce vendredi de la passion, l’Eglise se souvient des douleurs de Marie, celle pleine de douleur, depuis des siècles. Depuis des siècles, il y a cette vénération du peuple de Dieu, pour Marie,  mère des douleurs. On a écrit des hymnes en l’honneur de Notre Dame des douleurs. Elle était debout au pied de la croix et elle contemplait son Fils souffrant. La piété « christiène » a recueilli les douleurs de la mère et elle parle des 7 douleurs de Marie.

-          La première douleur, juste après la naissance de Jésus, la prophétie de Siméon. Siméon  parle d’une épée qui va transpercer son cœur.

-          La seconde douleur, c’est la fuite en Egypte pour sauver la vie de son fils.

-          La 3ème douleur : les 3 jours d’angoisse, quand Jésus, petit garçon est resté dans le temple.

-          La 4ème  douleur : c’était quand Marie rencontre Jésus sur le chemin du calvaire.

-          La 5ème  douleur : la mort de Jésus, voir son fils, crucifié sur la croix, qui meurt.

-          La 6ème  douleur : la descente de Jésus de la croix, elle le prend dans ses bras, dans ses mains, dans ses mains, elle qui avait tenu Jésus dans ses mains plus de 30 ans.

-                     La 7ème douleur : c’est  la sépulture de Jésus.

Et ainsi la tradition chrétienne parcourt les douleurs de Marie qui accompagnent Jésus. Cela me fait du bien à moi, le soir, quand je prie l’Angélus, je prie ces 7 douleurs, comme un souvenir, comme une mère. Je prie la mère de l’Eglise qui nous a tous engendrés.

Marie, la mère, n’a jamais demandé quelque chose pour elle. Pour les autres, on pense à Cana en Galilée, quand elle va parler à Jésus, mais, « je suis la mère, regardez », jamais elle n’a dit ça, « je suis la reine » jamais ! « Regardez-moi ! »

Ella a simplement accepté d’être une mère. Elle a accompagné Jésus comme « une » disciple ; L’Evangile nous dit qu’elle suit Jésus avec les amis, les femmes qui suivent Jésus, qui écoutent Jésus, elle est là. Une fois, quelqu’un l’a reconnue : « toi, tu es la mère ! », elle suivait Jésus. Et jusqu’au calvaire, là debout. Et, certainement, des personnes disaient : « quelle pauvre femme, combien elle doit souffrir ». Et les méchant devaient dire : « Ah, si elle l’avait bien éduqué, il n’aurait pas fini comme ça ! »

Mais elle était là, avec son fils, avec l’humiliation de son fils. Marie est la Mère. Et c’est le titre qu’elle a reçu de Jésus, juste là, à la croix « tu es la Mère ». Elle ne l’a pas fait avec des titres ou des fonctions, elle est simplement « Mère » et les actes des apôtres la font voir en prière avec les apôtres, comme une Mère.

Marie n’a pas voulu enlever à Jésus, aucun titre ; Elle a reçu lu le don d’être mère, à lui, et de nous accompagner, nous, comme Mère. Elle n’a pas demandé, pour elle, d’être une « quasi rédemptrice », une « co-rédemptrice » non, le rédempteur, il est seul, il n’y en a qu’un. Elle est seulement disciple et mère.

Nous devons la penser comme mère, nous devons la prière comme mère, c’est une mère ! Dans l’Eglise Mère. Dans la maternité de Marie, nous voyons  la maternité de l’Eglise. Et elle reçoit tous, les bons et les méchants.

 

Aujourd’hui, ça nous ferait du bien de nous arrêter et de penser aux douleurs de Marie notre mère, comment elle les a portées avec force, avec des larmes. Ce n’était pas un faux-semblant de larmes. Elle avait son cœur détruit par la douleur. Ca nous fera du bien de nous arrêter et de dire à Marie : « Merci d’avoir accepté d’être mère quand l’ange lui a demandé, merci d’avoir accepté d’être mère, quand Jésus lui a demandé ».



____________________________________________________________________________

Jeudi 2 avril  2020    
Suivre la messe :
https://www.youtube.com/watch?v=BwdWiPvzm4k
 Lire les textes :
https://www.aelf.org/2020-04-02/romain/messe

 

Intention du jour

Ces jours de douleurs et de tristesse remontent à la surface tant de problèmes cachés. Dans le journal, aujourd’hui, il y a une photo qui touche le cœur : tant de gens, sans toit, sans maison, qui sont réfugiés sur un parking, en observation. Combien de gens aujourd’hui, sans toit… demandons à Mère Teresa de Calcutta, de révéler en nous le sens de la proximité envers tant de personnes qui, dans la vie normale, vive cachées, comme ceux qui n’ont pas de toit et qui, en tant de crise, se font voir ainsi.

 

 

Homélie du saint Père   

 

 

« Le Seigneur s’est toujours souvenu de son alliance », c’est ce que nous avons répété dans le psaume. Le Seigneur n’oublie pas, il n’oublie jamais. Oui, il oublie seulement dans un cas,     quand il pardonne les péchés. Après avoir pardonné, il ne se rappelle plus des péchés. Dans les autres cas, Dieu n’oublie pas. Sa fidélité est mémoire ; Sa fidélité envers son peuple, sa fidélité envers Abraham est mémoire, dans les promesses qu’il avait faites. Dieu a pris Abraham pour faire une route. Abraham est un élu, il était un élu. Dieu l’a alu, l’a choisi. Ensuite, avec cette élection, il lui a promis un héritage. Et aujourd’hui, dans ce passage du  livre de la genèse, il y a un pas en plus. Mon alliance est avec toi. Alliance… Une alliance qui lui fait voir très en avant sa fécondité. Il deviendra le père d’une multitude de nations.

 

 

L’élection, la promesse et l’alliance sont les 3 dimensions de la vie de foi, les 3 dimensions de la vie chrétienne.

 

Chacun de nous est un élu ; personne ne choisit d’être chrétien. Entre toutes les propositions que le marché religieux lui offre : on est élu. Nous sommes chrétiens parce que nous avons été choisis, élus. Dans cette élection, il y a une promesse d’espérance. C’est la fécondité.

Abraham sera le père d’une multitude de nations, et nous, nous serons féconds dans la foi. Ta foi se voit dans les œuvres, les œuvres bonnes, les œuvres fécondes,  une foi féconde. Mais tu dois faire le 3è pas, conserver, préserver l’alliance, et l’alliance, c’est la fidélité, être fidèle. Nous avons été choisis. Le Seigneur nous a fait une promesse et maintenant il nous demande une alliance, une alliance de fidélité.

 

Jésus dit qu’Abraham exulta de joie en pensant, en voyant son jour, le jour de la grande fécondité. Car Jésus était fils d’Abraham aussi. Et il est venu pour refaire la création. C’est encore plus difficile que de la faire, nous dit la liturgie. Il est venu faire la rédemption,  nous libérer de nos péchés.

 

Tu n’es pas chrétien parce que tu montres ta carte du baptême, non, tu es chrétiens parce que tu as été élu. Si tu suis les promesses que Dieu a faites, si tu vis une alliance avec le Seigneur, c’est cela la vie chrétienne. Les péchés qu’on fait sur le chemin sont toujours liés à ses 3 dimensions : ne pas accepter l’élection et choisir des choses qui ne sont pas de Dieu, ensuite, ne pas accepter l’espérance dans la promesse, ne pas regarder vers les promesses.

Combien de fois, comme nous dit la lettre aux Hébreux : « saluez-les de loin…et ensuite oublier l’alliance ». Vivre sans alliance, comme si nous étions sans alliance. La fécondité est la joie d’Abraham qui a vu le jour de Jésus. Abraham était plein de joie. Dans cette révélation que la parole de Dieu nous donne aujourd’hui, c’est cela la révélation sur notre existence de vie chrétienne.

 

Soyons comme notre père Abraham, conscient d’être élu, joyeux d’aller vers la promesse et être fidèle dans l’alliance.

 

 

 

 

Prière pour la communion spirituelle

 

O Jésus, je crois en votre présence dans le très saint Sacrement. Je vous aime plus que toute chose et je désire que vous veniez dans mon âme. Je ne puis maintenant vous recevoir sacramentellement dans mon cœur, Venez-y au moins spirituellement. Je vous embrasse comme si vous étiez déjà venu et je m’unis à vous tout entier. Ne permettez jamais que j’ai jamais le malheur de me séparer de vous.

 

 ___________________________________________________________

 

Vidéo https://www.ktotv.com/video/00329702/messe-du-pape-francois-du-1er-avril-2020

Texte lecture et Evangile : https://www.aelf.org/2020-04-01/romain/messe

 Intentions du jour ;

Aujourd’hui, je voudrais que nous priions pour tous ceux qui travaillent dans les médias, qui travaillent pour communiquer, afin que les personnes ne soient pas isolées, pour l’information, pour aider à supporter ce temps de confinement.

 Homélie du saint Père1er avril  2020 

En ces jours, l’Eglise nous fait écouter le chapitre 8 de saint jean. IL y a une discussion, un débat très fort entre Jésus et les docteurs de la loi. Il cherche avant tout de faire voir sa propre identité. Jean nous fait approcher de cette lutte, où se trouve la vraie identité, celle de Jésus et celle de ses détracteurs. Ils mettent Jésus au pied du mur et Jésus les met au pied du mur et leur fait voir leurs contradictions. Mais, à la fin, les docteurs de la loi ne trouvent pas d’autre  réponse que l’insulte,  et c’est une des pages les plus tristes, ils insultent la vierge Marie.

Mais parlons de l’identité : Jésus dit aux docteurs de la loi, aux Juifs: « si vous demeurez en ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ». Reviens cette parole, très chère au Seigneur, qui le répète souvent, notamment le soir du jeudi saint : « restez, demeurez en moi demeurez dans le seigneur ». Il ne dit pas « étudiez bien, apprenez bien, ça, c’est acquis… mais « va à la chose la plus importante » Celle qui est la plus dangereuse, si elle n’est pas faite, c'est-à-dire : demeurez, restez, demeurez en ma parole ! » Et ceux qui restent dans la parole sont vraiment les disciples du Seigneur. C’est pas une carte d’identité qui dit : « Je suis chrétien », Toi, si tu demeures dans le seigneur, dans sa parole, dans sa vie, tu seras disciples ; si tu ne demeures pas, tu es quelqu’un qui sympathise avec la doctrine, qui suit Jésus comme un homme qui a fait beaucoup de bien, qui a de bonnes valeurs, mais le disciple, c’est la vraie identité du chrétien et c’est cela qui te donnera la liberté. Le disciple est un homme libre, parce qu’il demeure dans le Seigneur. Et demeurer dans le Seigneur, qu’est ce que ça veut dire, c’est se laisser guider par l’Esprit Saint. Le disciple se laisse guider par l’Esprit Saint. C’est donc un homme à la fois de la tradition et de la modernité. Il est libre. Aucunement sujet à des idéologies, à des doctrines, des doctrines qui peuvent se discuter. Il reste, il demeure dans le seigneur et l’Esprit Saint l’inspire. Nous chantons à l’Esprit Saint, nous lui disons qu’il est le doux hôte de nos âmes, il habite en nous. Mais cela, uniquement si nous demeurons dans le Seigneur. Que le Seigneur nous fasse connaître cette sagesse de rester, de demeurer en lui. Qu’il nous fasse connaitre cette familiarité avec l’Esprit. L’Esprit de Dieu nous donne la liberté. Et cela c’est l’onction. Celui qui reste pour le Seigneur est disciple, et le disciple est oint de l’Esprit. Il a reçu l’onction de l’Esprit et la mène en avant. C’est la voie que Jésus nous montre pour la liberté et pour la vie. Etre disciple, l’onction qu’il reçoit quand il reste dans le Seigneur. Que le Seigneur nous fasse comprendre cela, qui n’est pas facile, puisque les docteurs de la loi ne l’ont pas compris. On ne comprend pas seulement avec l’intellect, la tête, on comprend avec la tête et avec le cœur.

 

Cette sagesse de l’onction, de l’esprit qui nous fait disciple.



Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

à venir

Jeunesse

Reportages
^ Haut ^